Les Millennials
Millennials au travail

Les Millennials

La génération jeune, aussi appelée génération Y ou encore Millennials, représente le point d’ancrage de Cube RH. Effectivement, nous sommes spécialisés dans l’approche des 18-30 ans. Aujourd’hui, nous souhaitions en donner quelques caractéristiques propres afin de vous permettre de mieux les appréhender.

Pourquoi s’intéresser aux Millennials?

Cube RH fait des jeunes son cœur de cible. Nous partons du principe qu’il faut anticiper la stabilité et la pérennité dans toute entreprise. Or, le futur est représenté par cette génération des 18-30 ans qui arrive sur le marché “(re)florissant” de l’emploi. La problématique est ainsi d’intégrer et de fidéliser cette classe d’âge dans votre entreprise.

Au-delà du caractère anticipatif de la démarche, il s’agit également d’attirer de nouvelles compétences essentielles. Nous parlons beaucoup de tutorat intergénérationnel mais celui-ci peut bel et bien être réalisé dans les deux sens. Ainsi, là où nous percevions habituellement un tutorat descendant, nous ajoutons désormais la possibilité qu’il soit ascendant. Le senior de l’entreprise pouvant notamment être formé par le junior sur des sujets récents.

Mais comment aborder ce rapport intergénérationnel ?

Une évolution des rapports intergénérationnels

De tout temps, les écarts générationnels se sont fait ressentir. Malgré tout, il semblerait que cette fois-ci, la distance qui sépare seniors et juniors se soit davantage creusée et soit davantage visible. Mais pourquoi me direz-vous?

Les différences marquantes

Comme nous l’avons beaucoup fait remarquer au cours des articles précédents, la digitalisation y est évidemment pour quelque chose. Les Millennials sont nés dans l’ère numérique. Mais, la technologie n’est qu’un point parmi d’autres.

Le point de vue de Simon Sinek

D’autres caractéristiques définissent la nouvelle génération. En effet, Simon Sinek, coach, conférencier et auteur nous en livre trois.

Les Millennials et leur rapport au travail :

Ainsi, selon ce dernier, il faudrait également s’appuyer sur la parentalité, l’instantanéité et l’environnement.

  • Parentalité

Tout au long de leur jeunesse, ces “jeunes du Millénaire” ont reçu l’appui de leur entourage. Notamment par la figure maternelle, inspirant par définition la confiance. Souvent, ce parent protecteur leur a certifié qu’ils pouvaient devenir ce qu’ils désiraient le plus au monde s’ils travaillaient convenablement. Que rien ne leur était inaccessible. Or, arrivés sur le marché du travail, c’est la grande désillusion. Tous ont eu les mêmes conseils et se sont fait à l’idée d’être spécial. Or, maintenant ils se retrouvent noyés dans un océan de candidats où ils ne représentent qu’un grain de sable et ne savent pas comment se démarquer.

  • Instantanéité

Les jeunes vivent dans l’instant, tout est partagé en temps réel. Notamment l’information et la communication. Mais, cela vaut pour tous les domaines. Vous avez faim? Commandez à manger via une application mobile. Vous voulez regarder le dernier épisode d’une série? Connectez-vous à Netflix. Vous avez vu un bouquin intéressant sur internet? Amazon vous le livre en 24 heures… Ils envisagent le monde du travail sous le même angle et pensent parfois pouvoir révolutionner un process en moins d’une année. Ils sont acteurs et sujets de l’instantanéité. Or, dans la vie telle qu’elle est, les choses prennent parfois du temps et c’est incompressible. C’est par exemple le cas des relations fortes et de la satisfaction au travail qui s’acquièrent sur le long terme.

Aussi, ils sont parfois tentés par la mobilité. “Les Millennials sont souvent passés par plus d’entreprises ou de postes que leurs parents sur l’ensemble de leur carrière !”, s’amuse Aurélien Preud’homme. Elle leur permet de partir à l’aventure, d’explorer de nouveaux horizons.

D’autres questionnements en découlent. D’ailleurs, faut-il considérer la mobilité comme une infidélité?

  • Environnement

Selon l’auteur de la vidéo, les entreprises, quelles qu’elles soient ont également un rôle à jouer. Celui d’accompagner les Millennials. Ils doivent parfaire l’éducation des jeunes et non plus juste les englober dans une société non flexible. Il faut concevoir un mode de coopération qui alliera les attentes et les besoins de tous.

Conséquences

Ainsi, ces dernières caractéristiques définissent le jeune plus qu’il n’y paraît et impactent ses exigences. Les différences avec les générations antérieures se démarquent de plus en plus. Désormais, le travail est perçu comme source d’épanouissement et non plus de contrainte. Ce constat découle de l’aménagement du temps de travail et de l’amincissement de la frontière entre vie professionnelle et personnelle. Frontière qui s’amenuise de plus en plus quand le jeune trouve du sens à son travail. Nous avons eu l’opportunité, au cours de nos missions, d’aller à la rencontre d’apprentis du supérieur. Ces derniers nous ont fait part de leur forte implication sur le lieu de travail et au dehors lorsque les missions allouées sont stimulantes, intéressantes, sensées et responsabilisantes.

Quelques pistes pour les manager…

Puisqu’il va être indispensable de pouvoir les fidéliser afin de vous garantir un taux de turnover minime et une masse salariale constante, nous vous prodiguons quelques conseils.  

Soyez flexible en termes d’horaires et de lieux de travail en favorisant le résultat final et non les moyens mis en œuvre. Les Millennials attendent que nous leur laissions la main un tant soit peu. Rien ne sert d’aller à leur encontre, surtout si les résultats sont atteints. Impliquez-les.

Parlez-leur avec honnêteté et prônez leurs efforts. Effectivement, rien ne sert de s’apitoyer sur le verre à moitié vide. Montrez qu’ils se sont faits remarquer et encouragez-les à prendre davantage d’initiatives.

 

Néanmoins, il convient de nuancer cette généralité. C’est la raison pour laquelle une enquête établie en 2017 évoque 4 types de jeunesses au sein de cette génération et leurs attentes.

À bon entendeur…

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu