Mieux comprendre les moins de 30 ans ? [#3 La technologie]
technologie empêche le lien social

Mieux comprendre les moins de 30 ans ? [#3 La technologie]

Quel est le rapport à la technologie des moins de 30 ans ?

La technologie est omniprésente. Nous l’utilisons si régulièrement qu’il nous arrive d’en oublier les évolutions phénoménales de certains outils en très peu de temps. En effet, une simple recherche sur internet peut déplacer des montagnes : »La puissance du temps de calcul nécessité par une recherche Google à l’heure actuelle correspond à celle nécessaire à l’ensemble du programme spatial Apollo, qui a duré 11 ans et a lancé 17 missions ». Ainsi une simple requête dans un moteur de recherche met en mouvement une quantité de puissance phénoménale. Comparable à celle qui a permis d’envoyer Neil Armstrong sur la Lune… Et cela en seulement quelques millisecondes. (source)

L’usage de toute cette puissance est devenu naturel et accessible. En effet, le pourcentage de français possédant un smartphone a triplé (58% en 2015 contre 17% en 2011). Une présence quotidienne dans les foyers qui a changé nos modes de consommation et d’accès à l’information. Parmi ces Français qui s’équipent davantage, il y a le cas particulier des moins de 30 ans.

Un équipement différent

Tout d’abord, il y a un élément déterminant à prendre en compte : le jeune salarié ne s’inscrit dans une transition digitale, il y est . En effet, c’est une approche diamétralement opposée par rapport aux nouvelles technologies. Nativement friand du web, l’usage du smartphone et d’un ordinateur est une base, son acquisition l’est aussi. Cependant, il faut mesurer ces propos. Ce n’est pas parce que vous côtoyez un jeune salarié qui utilise régulièrement les outils numériques qu’il en est un expert.

Il ne faut pas s’imaginer que tous les jeunes sont doués pour faire de la retouche photo ou de la programmation. Nous pouvons aller plus loin et parler du community management. Ce n’est pas parce que cette jeunesse utilise quotidiennement les réseaux sociaux qu’elle en maîtrise les métriques, les techniques et les astuces. En effet, bien qu’elle ait une certaine aisance à effectuer ces actions, elle n’a pas de don d’omniscience sur l’utilisation du smartphone ou de l’ordinateur.

Le smartphone, une technologie source d’isolement ?

Ensuite, il est essentiel de comprendre les usages. Le jeune est souvent associé au zapping lié aux outils numériques toujours plus évolués. Que ce soit pour envoyer des mails, écouter de la musique, consulter les informations ou participer aux réseaux sociaux, beaucoup de possibilités sont regroupées dans quelques grammes de technologie accessible du bout du doigt. En effet, d’un point de vue extérieur, cet individu étrange tout juste entré dans l’âge adulte ne quitte que très rarement son smartphone des yeux. Au point où les différentes applications se succèdent sur l’écran entrecoupé par des envois de messages ou de mail. Téléphone en main et écouteurs sur les oreilles, on peut parfois parler de génération asociale qui n’entretient pas ou très peu de lien avec son environnement proche. Que ce soit dans la rue ou dans les transports en commun, c’est régulièrement la même chose.

 

Technologie dans le métro
Utilisation des nouvelles technologies dans le métro

Le lien social a-t-il tellement évolué depuis près de cent ans dans les transports ?

Cependant les jeunes de par le monde n’ont jamais été aussi proches. L’usage des réseaux sociaux ne résume pas le quotidien social des moins de 30 ans. C’est l’ensemble des solutions de communication qu’il faut prendre en compte. Elles regroupent les appels, les messages textes, les photos et les vidéos qu’elles soient éphémères ou non. Il est désormais possible, plus qu’à aucun moment dans notre histoire, de créer et d’entretenir des relations professionnelles, amicales et amoureuses. Et cela, quelle que soit la distance.

Conclusion

Par conséquent, ce ne sont pas les pratiques, mais les supports qui ont évolué. Ainsi les possibilités liées à ces derniers ouvrent de nouvelles perspectives. Et c’est en cela que les moins de 30 ans sont différents. Cette génération n’est donc pas plus asociale que les précédentes. La vitesse à laquelle les jeunes cherchent et accumulent de l’information peut générer de l’incompréhension pour certains et de la fascination pour d’autres. Enfin ils constituent un formidable atout au sein de l’entreprise de par leur agilité et leur flexibilité face aux changements.

Pour en savoir davantage sur les jeunes de moins de 30 ans, consultez nos précédents articles. L’un sur l’origine de cette génération numérique, l’autre relatif à son rapport au salaire.

Cet article a 3 commentaires

Laisser un commentaire

Fermer le menu