Comment fidéliser les jeunes salariés ?
Effectuer un diagnostic social pour mieux fidéliser les jeunes

Comment fidéliser les jeunes salariés ?

Fidéliser les jeunes salariés : un parcours qui peut s’avérer complexe.

Tout d’abord l’écart générationnel qui existe entre les salariés au sein d’une même entreprise est incontestable. Dès lors, les techniques de fidélisation classiques utilisées depuis de nombreuses années ne fonctionnent plus. Cependant l’intérêt stratégique de conserver les jeunes salariés est toujours présent. Ainsi, le besoin est là, mais les solutions efficaces et efficientes peinent à émerger. Comment fidéliser les jeunes? Telle est la question mais nombreux sont ceux qui ne voient pas par où commencer.

Lors de mes interventions auprès de responsables en RH, plusieurs questions furent récurrentes.

Comment fidéliser les jeunes et questions adjacentes.

  • « Comment transmettre une culture d’entreprise à des jeunes qui ont un rapport au travail sensiblement différent ? »
  • « Nous avons mis des procédés et des aménagements en place, mais nous n’avons réduit le turnover que de 1 ou 2 ans. Pourquoi se concentrer sur eux pour avoir un retour sur investissement si faible ? »
  • « Comment fidéliser efficacement les jeunes ? »

Nous allons aborder ces questions dans cet article.

 

La transmission de la culture d’entreprise.

Tout d’abord, il est essentiel de transmettre les valeurs et la culture de l’entreprise dès l’arrivée d’un nouveau salarié. En d’autres mots, le formater. Une intégration réussie est l’une des conditions essentielles à la diminution du turnover.

Cette phase autrefois naturelle et simple se complexifie depuis de nombreuses années. En effet, le process d’accueil se module en fonction du profil de la personne à intégrer, mais aussi en fonction de la génération. Cependant un seul élément est commun : la culture perçue à l’extérieur de l’entreprise doit être semblable à celle perçue en interne. Une dissonance à ce niveau-là peut faire fuir le nouvel embauché pendant sa période d’essai. Ce phénomène est d’autant plus amplifié avec la génération des moins de 30 ans.

Pour transmettre efficacement une culture d’entreprise, il y a plusieurs éléments propres à votre organisation qu’il faut impérativement identifier :

  • Quels sont les canaux de diffusion dont les jeunes de votre entreprise sont les plus sensibles ?
  • Quel est le taux de départ des salariés lors de la période d’essai  / au bout d’un an d’ancienneté ?
  • Les informations à transmettre lors de l’accueil du nouvel embauché sont-elles à jour ?
  • Quels sont les feed-back des précédents process d’intégration ?
  • Quelle est la place du parcours d’intégration dans votre stratégie RH ?

Enfin, une fois le diagnostic réalisé, il vous suffit de coupler ces éléments aux caractéristiques propres de la génération des moins de 30 ans pour concevoir un process efficace. Aussi, nous vous conseillons de faire appel à un cabinet spécialisé.

 

Pourquoi un retour sur investissement si faible ?

Consulter les salariés sur un aménagement des locaux à mettre en place est une bonne chose. En effet, les retours vous permettront d’avoir des pistes pour orienter vos dépenses. Suite à ces enquêtes, certaines entreprises mettent à disposition des canapés, des tables de ping-pong ou même des consultations avec un kinésithérapeute.

Les résultats sont non négligeables. En effet, vous améliorez l’environnement de travail. Les salariés vous seront reconnaissants de vous être intéressés à leurs attentes tout en y répondant. Cela fait partie du contrat psychologique que vous passez avec eux en tant qu’employeur. L’adage suivant correspond parfaitement à la situation : « soyez bon avec vos salariés et ils vous le rendront au centuple. »

En revanche, cela n’est pas suffisant pour améliorer la fidélisation des jeunes salariés. En effet, au-delà de l’environnement de travail, c’est bien l’ambiance et le type de management qu’il faut revoir :

  • Il est difficile en tant qu’employeur d’agir sur l’ambiance de travail, autrement qu’en faisant de votre mieux au quotidien ou en stimulant les équipes avec du team building.
  • Changer de type de management peut s’avérer trop radical ou inapproprié. De plus, il faut prendre en compte le secteur d’activité de votre entreprise, ainsi que son histoire managériale. Cependant, il est possible d’effectuer une expérimentation au sein d’une équipe ou d’un petit service. C’est une solution idéale pour essayer un nouveau mode de management comme celui par objectif.

L’avantage d’initier le changement sur ces éléments est que même en cas d’échec, le retour sur investissement est positif. En effet, l’entreprise montre qu’elle n’hésite pas à faire preuve d’innovation et à prendre des risques. Comme ces éléments font partie des attentes principales des jeunes salariés, la confiance par rapport à l’employeur est accrue.

 

Conclusion

Par conséquent, il n’est pas si étonnant d’avoir un retour sur investissement faible si on s’attarde uniquement sur les changements matériels. Il faut s’intéresser à des mesures basées sur le management et l’ambiance de travail ainsi qu’à une intégration réussie. En effet, grâce à cela, vous avez de très grandes chances d’avoir un résultat positif et une amélioration du turnover.

Pour répondre à l’interrogation initialement posée de « comment fidéliser les jeunes? », nous vous préconisons donc de réaliser un diagnostic social auprès des jeunes salariés. C’est essentiel pour connaître à la fois le climat social, les attentes, mais également le rapport à l’entreprise. Il est conseillé de faire appel à un cabinet spécialisé pour effectuer ce dernier. Autant d’éléments qui vont vous permettre de mettre en place des mesures et des formations adaptées.

Cet article a 2 commentaires

  1. Bravo Quentin
    Clair et percutant c’est tout toi

Laisser un commentaire

Fermer le menu